Espace presse Devenez adhérent
Adhérez
Changement style malvoyant Bouton menu
Réussir la transition énergétique

Travaux européens

MINIMAL, plus de sobriété pour moins d’extraction minière

Le contexte

Nos ressources minérales sont limitées et leur extraction génère des désastres sociaux et environnementaux auxquels il faut urgemment mettre un terme. Or la consommation de métaux ne cesse de croître : elle a été multipliée par 20 au cours du 20e siècle [1] et si nous poursuivons sur cette trajectoire, nous consommerons autant dans les 30 prochaines années que depuis le début de l’humanité [2] !
Cela n’est clairement pas soutenable et les conséquences seraient catastrophiques et irréversibles pour la planète et pour l’ensemble de ses habitant·es.
La communauté scientifique partage l’idée qu’il faut réduire la consommation et la production de matières premières. Mais à ce jour, il n’existe pas d’objectifs spécifiques de réduction par métal ni en France ni à l’échelle européenne ; cette absence de précision ne permet pas de définir des leviers d’action concrets.

Le projet

Dans le cadre du projet Minimal, l’Association négaWatt a sélectionné huit métaux particulièrement impactants pour l’environnement ou représentant un enjeu crucial dans les décennies à venir. Il s’agit du lithium, du cuivre, du cobalt, du néodyme, du fer et de l’aluminium, du nickel et de l’or.

  • Pour chacun d’eux, des objectifs de consommation à l’horizon 2050 seront fixés pour l’Europe sur la base de plusieurs paramètres. Ces objectifs devront notamment garantir à la fois un niveau de vie décent pour toutes et tous, mais aussi un niveau de consommation responsable, d’un point de vue environnemental (cf. Kate Raworth et la théorie du Donut).
  • Sur la base de ces objectifs, un ensemble de mesures seront élaborées afin de limiter l’extraction de minerais. La sobriété fera partie intégrante des mesures proposées avec par exemple la baisse de la consommation de certains équipements, le recyclage, la substitution de certains métaux par d’autres, etc. Elle sera appliquée de la consommation à la mine, en passant par les acteurs économiques.
  • Ces travaux feront en parallèle l’objet d’un travail de plaidoyer afin d’en présenter les résultats et les recommandations auprès des décideurs européens.

négaWatt et Minimal

Ce projet est entièrement porté par l’Association négaWatt qui s’intéresse depuis une dizaine d’années à l’empreinte matière de la transition énergétique. Par exemple, le scénario négaWatt 2022 intégrait une baisse de la consommation des matériaux en France, compatible avec un accès équitable des autres pays à ces ressources.
Aujourd’hui, avec le projet Minimal, négaWatt va encore plus loin en étendant le périmètre de travail à l’échelle européenne et en fixant des budgets matière pour chacun des huit métaux sélectionnés.


[1Krausmann, F., Lauk, C., Haas, W., & Wiedenhofer, D. (2018). "From resource extraction to outflows of wastes and emissions  : The socioeconomic metabolism of the global economy", 1900–2015. Global Environmental Change, 52, 131‑140. https://doi.org/10.1016/j.gloenvcha.2018.07.003

[2de Guillebon et Bihouix, 2010 ; Vidal, 2018 : Bihouix, & de Guillebon. (2010). Quel futur pour les métaux  ? (EDP Sciences).
Vidal, O. (2018). Matières premières et énergie  : Les enjeux de demain. ISTE Group.


Mine d’or Super Pit à Kalgoorlie, Australie occidentale
Vue aérienne du drainage acide d’une mine de cuivre abandonnée dans la région de Kalavasos, Chypre
Bassins d’évaporation des champs de lithium dans le désert d’Atacama, Chili
Forêt brûlée par les pluies acides, région de Norilsk, Russie
Déforestation autour de la mine de Mandiodo, Konawe Utara, Sulawesi Tenggara, Indonésie
Composant de batterie lithium-ion pour véhicule électrique ou hybride

📷 Adobe Stock